Critique: Dallas Green avec City and Colour à Montréal

Vendredi, il y avait de l’action en ville. Philippe B et son Quatuor Molinari, Sunny Duval donnait son dernier show avec les Breastfeeders et le rescapĂ© de Alexisonfire, Dallas Green Ă©tait au MĂ©tropolis avec son projet City And Colour. Après avoir bien pensé à tout ça, c’est avec le dernier que j’ai dĂ©cidĂ© de passer mon vendredi soir pour le meilleur et pour le pire.

Tout comme au Osheaga l’Ă©tĂ© passĂ©, c’est la nouvelle version “Band” dans lequel Dallas s’entoure de 4 autres musiciens dont son frère au drum. Difficile de passer sous le silence son guitariste au style 70′s qui semble tout droit sortie de Starsky et Hutch et pourrait clairement faire croire qu’il est le frère de Sly Stone.

Dès les premières notes, la voix de Dallas Green fait rĂ©sonner le MĂ©tropolis comme une cathĂ©drale. Le band Ă  l’air d’une gang de statue de cire tellement ils sont statiques, mais quelqu’un avait prĂ©vu le coup en ajoutant un jeu de lumière hallucinant, qui nous donnait l’impression d’ĂŞtre presque au Centre Bell.

Pour lire la suite de la critique et connaitre les chansons qui ont été jouées…c’est par ici sur 33 Mag !!

Ă€ lire aussi sur le blog:
- Critique de l’album “Little Hell”de City and Colour, (Dec 11)
- Entrevue avec Dallas Green de City and Colour (Août 11)
- Critique du show de City and Colour au Osheaga (Août 11)

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*